Luca Sage / Getty Images / AFP

Les enfants et les écrans : quel impact à long terme ?

Les écrans sont de plus en plus nombreux dans les foyers. S’ils présentent des attraits certains, ils peuvent également comporter des risques, en particulier chez les enfants. Zoom sur leur impact à long terme.

Des écrans bien installés dans la vie des enfants

Télévision, tablette, ordinateur… Les enfants passent de plus en plus de temps devant les écrans. Selon une enquête Ipsos pour Gulli menée en 2015 et intitulée « Kids & screens : usages et comportements de la génération vidéo », les enfants de 4 à 14 ans, passeraient en moyenne 3 heures par jour devant les écrans, dont 1h58 devant la télévision. 73% d’entre eux disposeraient d’au moins un écran personnel et 60% des 11-14 ans possèderaient même un smartphone.


Des capacités cognitives moins développées

Une étude parue dans American Journal of Family Therapy a analysé les habitudes de 46 000 familles américaines. Les chercheurs ont remarqué une baisse régulière des résultats scolaires à partir d’une demi-heure d’écran par jour. Un constat qui empirait après deux heures. Au-delà de quatre heures, la moyenne générale de l’enfant chutait même d’une classe. D’autres études ont démontré que l’utilisation excessive d’écrans occasionnait des difficultés d’endormissement en raison notamment de la lumière bleue qu’ils émettent. Celle-ci contribue à désynchroniser l’organisme. Enfin, les capacités d’attention sont également affectées par le caractère multitâche qu’offrent les écrans. Une étude réalisée par l’équipe de Larry Rosen, professeur de psychologie à l’université de Californie, sur 300 collégiens, lycéens et étudiants a démontré qu’ils restaient concentrés sur une tâche pendant 3 minutes en moyenne avant d’être distraits la plupart du temps par leur smartphone ou ordinateur portable et que leurs résultats scolaires en pâtissaient.



Appliquer « la règle des 3-6-9-12 »

Pour limiter l’impact des écrans sur les plus jeunes, il est préférable de les bannir dans la chambre des enfants. Mieux vaut prévoir deux heures sans stimulation visuelle avant de se coucher pour éviter les troubles du sommeil. Enfin, la règle des « 3, 6, 9, 12 », proposée par le psychiatre et docteur en psychologie Serge Tisseron, permet d’adapter le temps d’écran en fonction de l’âge de l’enfant. A 3 ans, pas d’écran. Avant 6 ans, pas de console de jeu portable. A partir de 9 ans, l’enfant peut se servir d’Internet en étant accompagné. Enfin, à 12 ans, il peut naviguer par lui-même en restant prudent. Il faudra tout de même prévoir des règles d’utilisation (horaires et temps de navigation…) pour l’aider à se servir des écrans à bon escient. Et pour que ces règles portent leurs fruits, les parents auront tout intérêt à montrer l’exemple !

A lire aussi

quels verres transitions
êtes-vous ?
faites le test
Trouvez un partenaire
Transitions près de chez vous
trouver